Previous Article Next Article Petite histoire d’une migration – 2 – Gustine
Posted in Arsonnaud

Petite histoire d’une migration – 2 – Gustine

Petite histoire d’une migration – 2 – Gustine Posted on 13 janvier 20201 Comment

Episode précédent :

Après avoir vu la jeunesse de Gabriel, voyons celle de Gustine, son 1er mariage et ses 3 enfants, avant qu’elle n’épouse Gabriel, en 1884.

Son enfance

Eglise de La Chaize-Giraud

Gustine nait le 20 mars 1853 à La Chaize-Giraud, en Vendée. Ses parents, Jacques MICHON et Marie BOULINEAU, ont tous les deux 38 ans, et sont journaliers. Elle est l’avant dernière d’une fratrie de 6 soeurs.

Jacques Michon, meurt en 1860, il a 45 ans. Les 5 filles ont entre 2 et 16 ans. A part la plus jeune, elles vont devenir domestiques dans la région.

  • L’ainée, Hortense, a 16 ans. Elle est d’abord domestique dans une ferme, puis chez un propriétaire terrien de plus de 70 ans, dans le bourg de Brétignolles. Elle se mariera à 31 ans, en 1875, avec Ludovic Egron.
  • Geneviève à 14 ans. Elle sera domestique au Château Beaumarchais à 22 ans. Elle épousera François Gas en 1874, a 27 ans.
  • Philomène a 12 ans. Elle est domestique chez un métayer. Elle se mariera à 28 ans, en 1876, avec Jean Amelineau.
  • Clothilde a 9 ans. Je l’ai retrouvée domestique chez un cultivateur en 1872. Elle a alors 20 ans.
  • Gustine a 7 ans. Je n’ai pas trouvé sa trace dans les recensements. Elle est juste indiquée domestique à Brétignolles à son mariage avec Auguste Plévent, en 1873. Elle a alors 20 ans.
  • Valentine, la petite dernière, a 2 ans. En 1866 et 1872, elle habite chez sa mère. Elle épousera à 20 ans François Fougeron, en 1878.

Quand à leur mère, Marie Boulineau, elle est toujours journalière. Elle décédera a 77 ans à Saint Gilles sur Vie, où habite sa fille Geneviève, François Gas et leurs 3 filles. (St Gilles sur Vie est une ancienne commune, ayant fusionné avec St Gilles Croix de Vie en 1967)

En 1873, elle se marie une première fois.

Le 2 juillet 1873, Gustine a 20 ans, et est domestique à Brétignolles. Elle épouse Auguste Plévent, 25 ans, marin aux Sables-d’Olonne.

Ils emménagent aux Sables d’Olonne, où naîtront 3 fils : Jules, Pierre et Ludovic.

L’histoire est un éternel recommencement : Vous souvenez-vous de cette tempête de 2019 ? En janvier 1881 déjà, une terrible tempête emporta 52 marins.

Journal des Sables, 30 janvier 1881

Auguste Plévent était à bord de « L’Africaine », le dernier bateau listé dans l’article. Il avait à peine 34 ans. Son corps ne sera retrouvé et identifié qu’en décembre suivant.

Extrait du journal des Sables du 3 décembre 1881

Cette tragédie laisse Gustine veuve, avec 3 enfants en bas age : Jules à 5 ans, Pierre 3 ans, et Ludovic à peine 1 an.

Gustine travaille ensuite comme « débitante de boissons » aux Sables d’Olonne. Cette profession s’apparente aux débitants de tabac, c’est à dire vendant des marchandises monopolisées par l’état. On pourrait dire qu’elle tenait un magasin de boissons, tel un caviste d’aujourd’hui.

3 ans plus tard, en 1884, Gustine épousera Gabriel Arsonnaud, vivant lui aussi aux Sables d’Olonne.

Mais cette partie de l’histoire sera dans un prochain épisode …

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.