Previous Article Petite histoire d’une migration 3 – Les Sables d’Olonne
Posted in Arsonnaud

Petite histoire d’une migration 3 – Les Sables d’Olonne

Petite histoire d’une migration 3 – Les Sables d’Olonne Posted on 6 mars 20202 Comments

Si vous avez manqué l’épisode précédent :

Repère historique :
de 1880 à 1914, c’est « la belle époque », période de paix, d’optimisme et d’insouciance.

Donc voilà où on en était :
En 1877, Gabriel, 25 ans, perd sa femme Modeste Courcaud. Il n’ont pas d’enfants. Il habite Marans, dans le nord de la Charente-Maritime.
En 1881, Gustine perd son mari. Elle a 28 ans, et 3 jeunes enfants. Elle habite aux Sables d’Olonne, en Vendée.

1884 : Mariage aux Sables d’Olonne

Ils se marient le 27 août 1884.
Gabriel a 32 ans. Il est toujours vannier, et habite maintenant aux Sables d’Olonne. Qu’a t il fait depuis 1877 ? Qu’est ce qui l’a amené aux Sables ? Mystère …
Gustine a 31 ans. Elle est toujours « débitante de boissons » et habite elle aussi aux Sables.

Chenal des Sables d’Olonne vers 1900

1885-1888 : Naissance des 3 enfants

Les 3 enfants naissent aux Sables d’Olonne. La famille habite boulevard de l’Est.
Ne cherchez pas ce boulevard, depuis 1918 il s’appelle Boulevard de Castelnau. (Merci à la mairie des Sables pour cette info).

Le 5 juin 1885 :
Naissance de Samuel Gabriel, mon arrière-grand-père.
Son père Gabriel est toujours vannier, Gustine est maintenant journalière.

Extrait de l’acte de naissance de Samuel

Le 9 août 1886 :
Naissance de la première fille, Suzanne Augustine.
Son père est toujours vannier, alors que sa mère est maintenant aubergiste, ce qui a mon avis est un autre nom pour désigner son travail …

Le 20 juin 1888 :
Leur deuxième fille vient au monde, elle s’appelle Esther Noémie.
Gabriel et Gustine sont toujours respectivement vannier et aubergiste.

Recensement de 1891

Extrait des recensements des Sables d’Olonne, 1891

La famille au complet habite toujours Boulevard de l’Est aux Sables. Ils sont donc maintenant 8 : Gabriel, Gustine, 3 enfants Arsonnaud et 3 enfants Plévent.
On peut noter sur cette extrait, que les recenseurs écrivaient un peu comme ils le voulaient :
– Arsonnaud est écrit Arceneau
– Gustine est nommée Augustine
– Plévent est écrit sans le T
– Jules est nommé Julien …
A 15 ans, l’aîné des enfants, Jules Plévent est déjà marin.

Le 23 mars 1892, Jules tombe dans le port

Jules, a peine 16 ans, se noie après avoir avoir chuté dans le port, en rentrant d’une soirée trop arrosée, mardi-gras semble-t-il …

Extrait du Journal des Sables du 27 mars 1892

Repère historique :
En 1894, c’est le début de l’affaire Dreyfus
.

1896 : Ils divorcent

Après seulement 12 ans de mariage, Gabriel et Gustine divorcent.
Le jugement du divorce à eu lieu au tribunal de Marennes, le 19 mai 1896. D’après sa retranscription sur le registre des mariages des Sables, on apprend que :
– c’est Gustine qui a demandé le divorce,
– elle a la garde des 5 enfants,
– Gabriel était absent au jugement,
– il doit verser une pension annuelle de 30 francs
Pour comparaison, le salaire d’un ouvrier est de 5F par jour, pour 12 à 15 heures de travail par jour

Mention marginale indiquant le divorce, sur l’acte de mariage

Pourquoi le tribunal de Marennes ?
En 1892 ils habitent en Vendée, aux Sables d’Olonne, où ils se sont mariés. Pourquoi en 1896 le jugement a lieu au tribunal de Marennes, en Charente-Maritime ?
Auraient ils déménagé à Marennes ou sa région dans l’intervalle ? Ce serait étonnant, mais pourquoi pas. Cette question reste en suspent.

J’ai trouvé cette note sur un site d’archives :
Le divorce est aboli sous la Restauration en 1816. Il n’est restauré qu’en 1884, uniquement « pour faute » (adultère, peine afflictive et infamante, excès, sévices et injures graves).
Quelles sont donc les raisons de ce divorce ? Je pense qu’on ne le saura jamais vraiment.

Quoi qu’il en soit, je n’ai pas retrouvé Gustine et ses enfants en 1896, année de recensement,
– ni aux Sables ou aux alentours,
– ni à Marennes,
– ni à Saint-Nazaire ou elle habitera plus tard,
– ni dans les villes où habitent ses soeurs.

SAUF : La plus jeune, Esther, habite en 1896 chez l’aînée de ces tantes Hortense Michon, à St Gilles sur Vie (aujourd’hui St Gilles Croix de Vie). Elle a alors 7 ans.
Je l’ai aussi retrouvée en 1901, elle a alors 12 ans. Mais plus de traces ensuite, car Hortense et son mari sont décédés tous les 2 en 1905.

J’ai retrouvé ensuite la famille à Saint-Nazaire, en 1901. Ce sera le début de la vie nazairienne, et ce sera pour le prochain épisode …

Repères historiques :
1895 : projection du premier film de l’histoire « La Sortie de l’usine Lumière à Lyon »
1900 : exposition universelle à Paris et ouverture de la ligne 1 du métro

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.